Publié le 26 Juillet 2011

Film américain de Derek Cianfrance – 1h54 - avec Ryan Gosling, Michelle Williams, Mike Vogel

°        Michelle Williams devrait, avec ce film, prouver qu’elle est incontestablement l’une des actrices américaines les plus intéressantes du moment (le film lui a valu sa première nomination à l’Oscar de la meilleure actrice). (Critikat.com)

°    Aux États-Unis, Blue Valentine a failli être interdit aux moins de 17 ans (une classification aussi infamante que le X français). Il suffit d'un peu de suffisance européenne pour se dire qu'à force de comédies romantiques sucrées, les Américains ont pris le fidèle reflet de leur vie intime pour de la pornographie.( Le Monde)

°   Emmené par deux acteurs qui donnent tout, et même plus, le film, s'il se complait un peu trop dans sa propre noirceur, dégage une telle vérité que c'en est parfois gênant, comme si Cianfrance regardait par un trou de serrure. Allez-y – mais pas en couple. (TéléCinéObs)

° On ne pourra nier l'implication et la conviction évidentes des protagonistes du film : le réalisateur, issu du documentaire, veut rendre justice à l'Amérique des classes populaires. Les acteurs principaux miment l'amour comme si leur vie en dépendait. (Les Inrocks)

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 19 Juillet 2011

Film italien de Gianni Di Gregorio – 1h30 - avec Gianni Di Gregorio, Valeria De Franciscis, Alfonso Santagata

° Essai transformé pour l'acteur/réalisateur novice de 62 ans, après son charmant premier film, Le Déjeuner du 15 aout. L'air de rien, en mêlant les problèmes existentiels, la vraie vie des Italiens moyens des quartiers populaires de Rome, et en abordant de front les questionnements de l'âge et de la séduction, avec un humour discret et élégant, cet incorrigible loser est en train de fournir une alternative réjouissante au cinéma autarcique (d'antan) de son compatriote Nanni Moretti. Peut-être Di Gregorio est -il un peu plus old school, moins imprécateur, mais en payant de sa personne, en s'inspirant des soubresauts de sa propre existence, il parvient à capter, comme peu de ses contemporains, la réalité ambiante de la Rome actuelle, mêlée d'un zeste d'épicurisme. Ni hilarant ni branché, le ton doux-amer de Di Gregorio est irrésistible. (Les Inrocks)

° La comédie fonctionne une nouvelle fois, touchante, mélancolique, teintée d'autodérision. À l’italienne ! (Le Monde Magazine)

° Si le récit épouse le rythme un peu flapi de son héros du troisième âge, il n'en reste pas moins fertile en gags blancs du plus bel effet : cette neutralité tranquille et solaire, cette humilité burlesque au charme très romain entêtent durablement. (Les Cahiers du Cinéma) 

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 12 Juillet 2011

Film américain de Mike Mills – 1h 44 - avec Ewan McGregor, Mélanie Laurent, Christopher Plummer

°        Un drôle de mélodrame de la filiation et une comédie romantique légèrement fêlée. Mike Mills réussit à faire léger, et même drôle, avec toute cette mélancolie. (Télérama)

°    Le découpage du récit et la qualité un peu fantomatique de la lumière (le film a été tourné avec une caméra numérique à laquelle on a demandé d'assourdir le soleil et les néons de Los Angeles) évoquent à merveille cette sensation de deuil, cette souffrance exquise dans laquelle baigne le personnage principal. (Le Monde)

°   Christopher Plummer dans le rôle du père, mais aussi Ewan McGregor et Mélanie Laurent en jeunes soupirants, vivent avec une rare présence un chemin d'amour travaillé dans une mise en scène délicate et subtile. Le fond et la forme se renvoient la balle d'une jolie réussite. (Ouest France)

°   Beginners aurait pu virer à la mièvrerie. Mais il y a dans ce film un mélange de poésie, d'humour et une mise en scène inventive qui emportent le spectateur. Une comédie sympathique et pleine de charme. (Excessif)

°  Une honnête « chronique psychologique » inspirée de la propre vie du metteur en scène qui pourrait se résumer par une morale de bon aloi : nous devons tous un jour repartir de zéro pour se reconstruire... (Lyon Poche)

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 5 Juillet 2011

Film français de Katia Lewkowicz – 1h39 - avec Benjamin Biolay, Emmanuelle Devos, Nicole Garcia

°        Pourquoi tu pleures ? est certainement le film à l’humour le plus misanthrope que l’on ait vu depuis Another Year, de Mike Leigh. (Libération)

°    Même si la réalisation n'a rien d'époustouflant, l'ensemble réussit à rester drôle et touchant, car la cinéaste a pour elle une troupe de comédiens formidables qui tirent chaque scène vers le haut. Rien que pour Benjamin Biolay, Pourquoi tu pleures ? vaut le détour. (L'Express)

°   Avec ses dialogues hilarants et ciselés sur mesure pour ses interprètes, Katia Lewkowicz nous offre un film vif, à l'humour acide, bien loin des clichés et sempiternelles ficelles que l'on retrouve dans nombre de films portant sur le thème du mariage. (Brazil)

° Non content d'avoir une présence, Benjamin Biolay a un indéniable talent de comédien. Emmanuelle Devos est parfaite en sœur au bord de la crise de nerfs quand Nicole Garcia incarne à merveille une mère au comportement infantile. Ce trio profite d'une écriture à la précision redoutable. (Première)

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0