Publié le 22 Novembre 2011

http://huitetdemi.voila.net/Images11_12/neigesdu.jpgFilm français de Robert Guédiguian – 1h47 - avec Ariane Ascaride, Jean-Pierre Darroussin, Gérard Meylan

° Inspiré du poème Les pauvres gens de Victor Hugo, ce film généreux et naïf dans lequel Guédiguian intervient pour remettre à l'ordre du jour ce bon vieux concept de solidarité ne peut qu'aller droit au cœur de ceux et celles non encore aliénés par le matérialisme ambiant.  (Positif)

° La trouvaille absolue, c'est la chanson de Pascal Danel qui accompagne tout le film et lui donne son titre. Elle le colore d'une nostalgie plaisante et sans regrets : l'amour, l'amitié sont toujours là. On retrouve les fidèles de la tribu, on découvre quelques autres (des jeunes : Leprince-Ringuet, Demoustier, Jolivet) qui ont rejoint la troupe en cours de route...Et les amitiés de la vie se fondent avec bonheur dans la fiction, l'enrichissent d'une complexité extra-cinématographique qui donne à son cinéma ce goût si particulier.  (La Gazette d’Utopia)

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 22 Novembre 2011

http://huitetdemi.voila.net/Images11_12/mondesansfous.jpgFilm français de Philippe Borrel - 1h07

Aujourd'hui, la folie déborde dans la rue et dans la prison. Les hôpitaux psychiatriques, confrontés à une crise de moyens et de valeurs, peinent à prendre en charge les malades au long cours. Parallèlement, une nouvelle politique de santé mentale se prépare en Europe et nous concerne tous. Demain, on ne parlera plus de folie, mais de troubles cérébraux, plus de malaise dans la société, mais de comportements à rééduquer. Un monde sans fous ? Mais alors que deviendront-ils?Inspiré du poème Les pauvres gens de Victor Hugo, ce film généreux et naïf dans lequel Guédiguian intervient pour remettre à l'ordre du jour ce bon vieux concept de solidarité ne peut qu'aller droit au cœur de ceux et celles non encore aliénés par le matérialisme ambiant.  (Positif)

 

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 15 Novembre 2011

http://huitetdemi.voila.net/Images11_12/lexercicede.jpgFilm français de Pierre Schoeller – 1h52 - avec Olivier Gourmet, Michel Blanc, Zabou Breitman

° Ce qui frappe dans ce 3è film présenté à Cannes en mai dernier, en marge de La Conquête et de Pater, c'est sa force de vérité. Tout est inventé et pourtant tout sonne juste au sein de ce petit cercle de gouvernants en constante ébullition. Percutant dans tous les sens du terme, la mise en scène ambitieuse et documentée de Pierre Schoeller (Versailles, avec Guillaume Depardieu) cerne les couleurs et les humeurs, les jeux et les enjeux du pouvoir. Côté interprétation, Gourmet, Blanc et Breitman sont impressionnants. (Première)

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 15 Novembre 2011

http://huitetdemi.voila.net/Images11_12/lecochonde.jpgFilm français, belge, allemand de Sylvain Estibal – 1h39 - avec Sasson Gabai, Baya Belal, Myriam Tekaïa

° Faire rire avec la colonisation israélienne et les commandos-suicide palestiniens, voilà l'exploit de cette comédie toute en finesse. Ici, tout sonne juste, émeut et fait rire grâce à des acteurs impeccables (Sasson Gabai, en particulier),superbement dirigés par le réalisateur Sylvain Estibal. Une tranche de rire à savourer d'urgence. (Le Canard enchainé)

° Poétique et irrésistible de drôlerie, le mérite en revient à un scénario superbement construit et à une interprétation dominée par l'incroyable Sasson Gabai, l'officier au masque impénétrable de La Visite de la fanfare. (TéléCinéObs)

 

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 8 Novembre 2011

http://huitetdemi.voila.net/Images11_12/horssatan.jpgFilm français de Bruno Dumont -1h49 - avec David Dewaele, Alexandra Lematre, Valérie Mestdagh

° À l'automne, Bruno Dumont nous donne Hors Satan, film ascétique et quasi muet, d'une beauté sidérante, où la pluie, le vent, les respirations, les pas dans le sable tiennent lieu de musique, et où le surnaturel se manifeste soudain dans les gestes les plus ordinaires. Devant une telle œuvre, Dreyer, Bresson, Bernanos viennent à l'esprit. Il n'y a qu'un Bruno Dumont et c'est bien ainsi, tant son cinéma est à la fois nécessaire et épuisant. Il lave notre regard de toutes les images inutiles et dérisoires qu'il reçoit, nous offre une expérience sensorielle, toujours troublante, violente, qui ne laisse pas indemne. (Positif)

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 8 Novembre 2011

http://huitetdemi.voila.net/Images11_12/theartist.jpgFilm français de Michel Hazanavicius – 1h40 - avec Jean Dujardin, Bérénice Bejo, John Goodman

° C'est avec nostalgie et un véritable enchantement que l'on redécouvre le plaisir simple, mais profondément magique, de REGARDER un film afin d'en suivre l'histoire. (CinemaTeaser)

° Le film le plus beau et le plus original de l'année. Un sans-faute artistique. (Le Journal du Dimanche)

° La réussite du film tient à la manière joyeuse dont Michel Hazanavicius s'empare du cinéma d'antan avec les outils du cinéma d'aujourd'hui. (Le Monde)

°  Très belle mélancolie filmée, quand il est suggéré que l'invention du parlant est une invasion de bruits, comme autant de parasites. (Libération)

 

 Film précédé du court-métrage Allons-y Alonzo (hommage à JP Belmondo, durée 7mn)

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 1 Novembre 2011

http://huitetdemi.voila.net/Images11_12/drive.jpgFilm américain de Nicolas Winding Refn – 1h 40 - avec Ryan Gosling, Carey Mulligan, Bryan Cranston

° Il y a deux pilotes au volant de ce bolide : le réalisateur danois Nicolas Winding Refn et l'acteur Ryan Gosling  (Half Nelson, Blue Valentine...) Le driver parle peu, agit vite, son sang-froid et sa dextérité sont celles d'un samouraï melvillien. Le film joue à fond du changement de vitesse à vue, « des coups de latte/un baiser », comme chantait Bashung. Sept semaines de tournage, un budget limité, des seconds rôles venus du meilleur des séries, un chef op de grosses machines, Newton Thomas Sigel  (X-Men,Walkyrie...) en renfort, et la capacité de Refn à retraverser avec panache les codes visuels du film noir, permettent à Ryan Gosling de briller comme jamais. (Libération)

 

NB Le film est précédé du court métrage Donky Toys, film d'animation d'Olivier Surville... (3'45)

Embuscade dans les sous-sols d'un parking : une poursuite s'engage entre une Porsche 356 rutilante et une Ford galaxie borgne.

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 1 Novembre 2011

http://huitetdemi.site.voila.fr/Images11_12/pouletaux.jpgFilm français, belge, allemand de Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud – 1h 33 - avec Mathieu Amalric, Edouard Baer, Maria de Medeiros

° Marjane Satrapi projette dans le film ses obsessions de la perte des illusions et du sens de la vie, sur lesquelles elle greffe une histoire d'amour poignante (présence décalée de Mathieu Amalric, beauté grave de Golshifteh Farahani, révélation iranienne de A propos d'Elly ). À la fois grotesque et bouleversant, poétique et littéraire, Poulet aux prunes, avec son récit à tiroirs qui mélange les temporalités et refuse l'analyse psychologique, évoque irrésistiblement le cinéma de JP Jeunet. En croyant en l'art plus qu'en la vie, Nasser, le personnage inspiré d'un grand-oncle musicien, n'est-il pas passé à côté de l'essentiel ? La réalisatrice pose la question et , ce faisant, y  répond. On l'imaginait fantasque et rebelle, elle se révèle romantique en diable. (Première)

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 1 Novembre 2011

http://huitetdemi.voila.net/Images11_12/leshommeslibres.jpgFilm français d’Ismael Ferroukhi  - 1h39 - avec Tahar Rahim, Michael Lonsdale, Mahmud Shalaby

° Il y avait des travailleurs immigrés du Maghreb sous l'Occupation. Le grand intérêt du film d'Ismaël Ferroukhi est de mettre au jour leur engagement dans la Résistance et de dévoiler le rôle du recteur de la Grande Mosquée de Paris (magistral Michael Lonsdale), protégeant en douce des Juifs sépharades en les faisant passer pour « mahométans » aux yeux des Allemands. (Le Canard enchaîné)

° Interprété par le bouleversant Tahar Rahim, ce personnage sans éducation politique découvre au contact d'un musicien arabe et juif le militantisme. La révélation. (Elle)

° On notera que l'excellent historien Benjamin Stora a apporté son concours au réalisateur dans l'écriture du scénario, ce qui confirme la qualité de l'étoffe dans laquelle est taillé le film. (La Gazette d'Utopia)

° Remercions le cinéma de rendre hommage à ces hommes, certes libres, mais surtout oubliés. (StudioCinéLive)

 

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0