Publié le 30 Juillet 2013

Film américain de Noah Baumbach - 1h 26 - avec Greta Gerwig, Mickey Sumner, Adam Driver

Tourné en noir et blanc, porté par la musique de Georges Delerue, c'est un hommage revendiqué à la Nouvelle Vague française comme au Woody Allen en verve et en nuances de Manhattan (1983). Baumbach partage avec ce dernier le même art tendre de magnifier des personnages ordinaires, au fil des saisons. (Le Canard enchainé)

Le New-Yorkais Noah Baumbach magnifie son égérie et compagne Greta Gerwig dans un film bondissant et radieux. (Libération)

Des personnages hyper-contemporains dans une mise en scène flirtant avec le rétro sur l'air de Modern Love (David Bowie), l'hymne du film ; léger et aérien, pétillant comme du champagne rosé. (Le Monde)

Dans Frances Ha, la danse irrigue constamment le rapport au monde de son héroïne. Tout en elle, dans ses démarches, ses déplacements, sa gestuelle, respire la chorégraphie. (Les Cahiers du Cinéma)

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 23 Juillet 2013

 Film américain, grec de Richard Linklater - 1h 48 - avec Julie Delpy, Ethan Hawke, Seamus Davey-Fitzpatrick

 La Grèce de Before Midnight est un cadre empreint d'une gravité séculaire et mémorielle. Même en ces temps de crise, le pays a des allures de paradis terrestre : mer et soleil, long regard sur le calme des dieux, ruines antiques et chapelle byzantine, repas bien arrosés où la conversation mêle anecdotes et considérations philosophiques. R.Linklater est un cinéaste au charme unique qui déjoue avec grâce les pièges de la futilité et de la comédie romantique. (Positif)

En six séquences fluides et bavardes, le film dissèque les flamboyances et les impasses du couple contemporain. C'est parfois long et ennuyeux comme une dispute à la maison, mais le plus souvent intelligent et profond. (Première)

La mise en scène de Richard Linklater est décontractée mais précise, faisant montre d'un art du plan-séquence et du Steadicam aussi virtuose de la part des acteurs que des techniciens. (Les Cahiers du Cinéma)

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 23 Juillet 2013

Film français, belge, libanais, qatari de Ziad Doueiri - 1h 45 - avec Ali Suliman, Reymonde Amsellem, Evgenia Dodina Adapté du roman de Yasmina Khadra, ce film apporte un éclairage rare et dérangeant sur le conflit israélo-arabe, à la fois proche du réel et très romanesque. (Le JDD) Ce thriller rondement mené, avec de magnifiques cadrages sur Tel-Aviv et sur les collines de Palestine, met en évidence un homme pris dans la tourmente d'une guerre qu'il n'a pas choisie. (Elle) Le film de Ziad Doueiri réussit à montrer de manière assez subtile à quel point être un Arabe intégré à la société israélienne est, pour le moment, un statut intenable. (Libération) Un élan de cinéma qui convertit le lyrisme naturel du format scope en une grâce superbement maitrisée. (Première)

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 16 Juillet 2013

 

Film américain de Rebecca Thomas - 1h 33 - avec Julia Garner, Rory Culkin, Liam Aiken

Rachel vit avec ses parents dans une communauté mormone de l’Utah.

Le jour de ses 15 ans, elle découvre par hasard, sur un vieux magnéto, "Hanging on the telephone" interprétée par un rocker local. Rachel n’a jamais rien entendu de tel et vit ce moment comme une expérience exceptionnelle, mystique et sensuelle.

Lorsque 3 mois plus tard elle est enceinte, elle soutient que c’est le fameux morceau pop rock qui en est la cause. (Allociné)

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 16 Juillet 2013

 

 

Film canadien de Jason Buxton - 1h 43 - avec Connor Jessup, Michael Buie, Alexia Fast

Du début à la fin de Blackbird, la caméra adhère au point de vue du personnage principal, ce qui crée à la fois de l'empathie et de la tension. Allié à une excellente direction d'acteurs, y compris pour les rôles secondaires, ce dispositif opère avec succès. On est touché par cette jeunesse des milieux modestes, dont l'idéalisme spontané se retrouve si précocement en butte avec la réalité.  (Positif)

Si l'angoisse, la douleur et l'indignation remplissent ô combien leur contrat, c'est grâce au petit miracle d'un traitement tout sauf manichéen, et qui a l'intelligence de donner sa chance à chaque personnage. Sensible, attentif et intègre, Blackbird transforme ainsi sa trompeuse lourdeur de bulldozer à thèse en une palette de nuances aussi riches que captivantes. (Première)

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 9 Juillet 2013

 

 

Film allemand de Jan Ole Gerster - 1h 28 - avec Tom Schilling, Friederike Kempter, Marc Hosemann

Le nouveau chouchou du cinéma allemand met en scène l'errance d'un trentenaire en déshérence, dans une flânerie douce-amère.  (Libération)

Jan Ole Gerster réussit un très joli premier film, à l'humour primesautier et savoureux. (Le Canard enchainé)  

Une œuvre de jeunesse joliment désabusée qui séduira les amoureux d'un cinéma farouchement indépendant. (àVOIRàLIRE)

Quelque part entre dandysme Nouvelle Vague et glande wendersienne, Jan Ole Gerster chante là la permanence d'un certain je-m'en-foutisme berlinois. On appréciera la maitrise du tempo comique(le gag du distributeur) et de jolis plans amoureux sur les rues de Berlin, au soleil ou dans la nuit, et ses habitants égarés. (Positif)

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 9 Juillet 2013

 Film italien de Daniele Vicari - 2h 1 - avec Claudio Santamaria, Jennifer Ulrich, Elio Germano

La plus grave atteinte aux droits démocratiques dans un pays occidental depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale : c'est ainsi qu'Amnesty International qualifiait les exactions policières dans l'école Diaz, en marge du sommet du G8 de 2001 à Gênes. Manifeste indispensable, Diaz remplace le (vrai) procès qui n'aura jamais lieu. (Télérama)

Servi par des acteurs impeccables, Daniele Vicari reconstitue avec sobriété une effarante suite d'évènements. On finit sous le choc.  (Le Canard enchainé)  

Par la grâce d'une mise en scène immersive, le réalisateur réussit, comme dans les meilleurs Costa-Gavras, à bousculer les consciences endormies. (Première)

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 3 Juillet 2013

Film français de Marion Vernoux - 1h 34 - avec Fanny Ardant, Laurent Lafitte, Patrick Chesnais

« Qu'est-ce que j'vais faire? Chais pas quoi faire » répétait Anna Karina dans Pierrot le Fou. Solitude ? chômage ? retraite ? La société fait mine de compatir mais se montre intolérante ou, pire, indifférente. Fanny Ardant, tout simplement douée pour la comédie, se voit offrir son plus beau rôle peut-être depuis Truffaut. En dirigeant une icône comme si c'était une jeune première, Marion Vernoux a permis à une actrice souvent grave  de révéler une loufoquerie victorieuse. Et en jouant le jeu, Fanny Ardant a fait naitre la confiance en soi d'une cinéaste. De tels échanges sont assez rares pour que nous nous permettions de les saluer avec bonheur. Mais Les Beaux Jours est aussi un hommage à l'illusion du cinéma. Le rêve y a droit de cité. Les plages du nord de la France y sont des cartes postales.

Une comédie bien écrite, mise en scène avec invention, interprétée à la perfection. Quelle jubilation!  (Positif)

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 3 Juillet 2013

 Film japonais de Kiyoshi Kurosawa - 2h 28 - avec Kyôko Koizumi, Sakura Ando, Chizuru Ikewaki

Cette histoire est l'une des plus belles réussites de l'auteur de Kaïro. (Télérama)

De quoi ravir les admirateurs de K.Kurosawa (Tokyo Sonata)  mais de quoi faire aussi office de parfaite introduction pour les profanes.  (Cinéma teaser)

En sus d'une investigation sur la condition féminine, le film dévoile les ravages de la passion. (Positif)

Après la fille-poupée et la fille-samouraï, voici les portraits de la fille-ourse et de la fille-fleur vénéneuse. La plongée au bout des passions continue. (Le Canard enchainé)

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0