Publié le 24 Mars 2015

Réalité

Film français, belge de Quentin Dupieux - 1h27 – avec Alain Chabat, Jonathan Lambert, Élodie Bouchez

Du cinéaste, c'est là de loin le plus accompli, le plus beau, depuis l'ahurissant Steak (2007). (Libération)

Un brillant film à tiroirs. (Cinéma Teaser)

Quentin Dupieux orchestre son film tel un labyrinthe mental, ou une poupée gigogne, dont chaque scène se conclut par une relance narrative, et ainsi de suite, jusqu'à une résolution finalement anecdotique. (Les Inrocks)

Quentin Dupieux n'est pas seulement drôle et brillant, il est surtout bizarre, d'une inquiétante étrangeté. (Télérama)

Réflexion sur le cinéma, jeu scénaristique de haut vol, cette « Réalité » est bien plus qu'une bonne blague : un cadavre exquis d'une belle finesse. (Positif)

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 24 Mars 2015

Spartacus & Cassandra

Film français de Ioanis Nuguet - 1h20 – avec Cassandra Dumitru, Spartacus Ursu, Camille Brisson

Entre réalisme et poésie, documentaire et fiction, cette histoire frappe au cœur. Troublant et émouvant. (Première)

Du quotidien d'une fratrie à la dérive, Ioanis Nuguet réalise un film lumineux. Des acteurs de haut vol, moins des personnes que des personnages déjà riches de mille fictions instinctives et qui scintillent dès qu'on les place devant une caméra. (Le Monde)

Cassandra, petite princesse gitane aux ongles roses, veut voir la France comme un eldorado ; Spartacus, petit guerrier insoumis et jeune auteur de rap, hésite encore. Le film, douloureux, lumineux, refuse la fatalité de ceux qui sont nés pour n'être chez eux nulle part. (Télérama)

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 24 Mars 2015

En quête de sens

Film français de Nathanaël Coste, Marc de la Ménardière - 1h27 –

Ce film est l'histoire de deux amis d'enfance qui ont décidé de tout quitter pour aller questionner la marche du monde. Leur voyage initiatique sur plusieurs continents est une invitation à reconsidérer notre rapport à la nature, au bonheur et au sens de la vie...
Ni un film environnemental, ni un film de voyage, ni réellement fictionnel, ni totalement documentaire, incarné mais pas intimiste, ce film ressemble au road-movie d’une génération désabusée à la recherche de sagesse et de bon sens. En rapprochant les messages d’un biologiste cellulaire, d’un jardinier urbain, d’un chamane itinérant ou encore d’une cantatrice présidente d’ONG, Marc et Nathanaël nous invitent à partager leur remise en question, et interrogent nos visions du monde. Ce documentaire a été coproduit grâce à une campagne de financement participatif qui a mobilisé 963 internautes. Il est distribué de manière indépendante par l'association Kamea Meah.

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 17 Mars 2015

Birdman

Film américain d'Alejandro González Iñárritu - 1h59 - avec Michael Keaton, Zach Galifianakis, Edward Norton

Sous réserve

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 17 Mars 2015

Les Merveilles

Film italien d’Alice Rohrwacher - 1h51 – avec Maria Alexandra Lungu, Sam Louwyck, Alba Rohrwacher


Alice Rohrewacher (Corpo Celeste en 2011) fait un film frémissant de foi, énonce un crédo dont l'unique article pose la persistance du merveilleux dans un monde en apparence déserté par tous les rêves. (Transfuge)

Ce petit film italien, qui a le mérite de prendre son temps, est à la fois foutraque, mais surtout délicat et touchant. (Le Parisien)

Il existe encore des petits coins du monde où l'humanité, le sens du collectif, la croyance en un avenir meilleur et solidaire n'ont pas totalement disparu. (Les Inrocks)

Le Meraviglie est ce genre de film qui, par sa délicatesse et son intelligence, purifie et décille le regard du spectateur. (Le Monde)

Les Merveilles répond à ses propres tentatives documentaires par une poésie rude et à fleur de peau. (Libération)

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 10 Mars 2015

Max et Lenny

Film français de Fred Nicolas – avec Camélia Pand'or, Jisca Kalvanda, Adam Hegazy

Portrait galvanisant de deux adolescentes aux prises avec les difficultés d'une ville et du quotidien d'une cité, mais surtout portrait d'une rappeuse aux textes acérés. Un film réaliste, social et poétique, bouleversant. (Les Fiches du Cinéma)

Un premier film ambitieux, maitrisé, vivant, qui prend pour thème l'amitié sans angélisme, et la violence sociale sans verser dans la facilité ni la condescendance. (Positif)

Célébrant l'amitié, qui est capable de réorienter l'adolescence, Fred Nicolas filme avec tendresse ses comédiennes en herbe, au ras de leur personnalité : Jisca Kalvanda et Camélia Pand'Or, qui se révèle être l'auteure des raps du film. Pleine douceur, les sœurs ! (Le Canard enchainé)

Précédé du court métrage Ce chemin devant moi de Hamé Bourokba avec Reda Kateb,15'

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 10 Mars 2015

Félix et Meira

Film canadien de Maxime Giroux - 1h45 – avec Hadas Yaron, Martin Dubreuil, Luzer Twersky

Meilleur film canadien au dernier festival de Toronto... qui emmène ses héros de Montréal à New York et Venise. Tout Félix et Meira repose sur la volonté de son auteur de ne pas faire un film à thème. (Libération)

Parmi les histoires d'amour impossibles, celle-ci est l'une des plus délicates, des plus sensibles qu'on ait vues depuis longtemps. Pour soutenir cette mise en scène, il fallait des interprètes à la hauteur, capables de vibrer en sourdine : Martin Dubreuil et son attachante bouille de clown triste et Hadas Yaron, dont la beauté sensible et enfantine semble éclore, peu à peu, sous nos yeux. (Télérama)

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 3 Mars 2015

La Vie est belle

Film américain de Frank Capra - 2h9 – avec James Stewart, Donna Reed, Lionel Barrymore

George Bailey est sans doute le plus beau des personnages incarnés par James Stewart. Entre désespoir et drôlerie. Entre sensibilité et sensualité. Capra renoue avec ses croyances : l'homme contre la machine (financière ou politique), le système D contre le système tout court, l'amour et l'amitié contre la cupidité et le profit. Un tube de vitamines, un bain de jouvence. Rien que du bonheur... (Télérama)

NB : séance unique ven 6 mars à 20h ; film analysé par Martin Barnier

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 3 Mars 2015

Hope

Film français de Boris Lojkine - 1h31 – avec Justin Wang, Endurance Newton, Dieudonné Bertrand Balo’o

Des migrants qui meurent en mer ou dans le désert... ce sont des ombres, des fantômes que le film rend à leur humanité... Pourtant, il est question d'amour. D'un amour qui ne dit jamais son nom et à aucun moment ne ressemble à ce que communément le mot désigne. C'est en cela également que Hope est u film beau et fort. (L'Obs)

Une impression de synthèse parfaite du documentaire et du film de fiction. Une grande réussite. (Positif)

Une épopée de misère entre les mots et les corps. (Les Cahiers du Cinéma)

Précédé du court métrage Aïssa de C.Tréhin-Lalanne, 8'15 - Mention spéciale du Jury, Cannes 2014-

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 3 Mars 2015

Snow Therapy

Film suédois, danois, français, norvégien de Ruben Östlund - 1h58 – avec Johannes Bah Kuhnke, Lisa Loven Kongsli, Clara Wettergren
Le réalisateur suédois Ruben Ostlund est un maitre non seulement en effets spéciaux, mais aussi en effets moraux. Tourné à l'air libre des cimes [station des Arcs] dans d'éblouissants panoramas, ce huis clos familial glacé à la scandinave, qui a remporté le prix du jury « Un certain regard » à Cannes, pousse le spectateur dans ses retranchements intimes. (Le Canard enchainé)

Snow Therapy parait l'un des tout premiers films à réellement capter l'alliage des stations de ski, ce mixte incongru de nature et d'ingénierie parfois anxiogène, de grands espaces et d'infrastructures de loisirs. (Les Cahiers du Cinéma)

Une étude de mœurs parfois trop théorique mais extrêmement drôle, dans un style glaçant, comme la neige. (Télérama)

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0