Publié le 25 Novembre 2015

Mia madre

Film italien, français de Nanni Moretti - 1h47 – avec Margherita Buy, John Turturro, Giulia Lazzarini
Avant première

Margherita est une réalisatrice en plein tournage d’un film dont le rôle principal est tenu par un célèbre acteur américain. À ses questionnements d’artiste engagée, se mêlent des angoisses d’ordre privé : sa mère est à l’hôpital, sa fille en pleine crise d’adolescence. Et son frère, quant à lui, se montre comme toujours irréprochable… Margherita parviendra-t-elle à se sentir à la hauteur, dans son travail comme dans sa famille ?

Encensé par une critique unanime à Cannes, curieusement boudé par le jury des frères Coen, Mia madre est l'un des plus beaux longs métrages du cinéaste italien. Simple, sensible et chaleureux. (Positif)

Mia madre est l'un des plus beaux films de Nanni Moretti, une oeuvre touchant à des choses essentielles, et si gracieuse dans sa manière de tout lier et de tout emporter, mélancolie et vitalité, tristesse et amour, comique et tragique, misanthropie et humanisme. C'est du grand Moretti, du très bon Nanni, petit garnement anxieux qui se cache dans l'ombre du grand réalisateur. (La Gazette d'Utopia)

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 25 Novembre 2015

Zoran, il mio nipote scemo

Film italien, slovène de Giuseppe Battiston - 1h52 – avec Giuseppe Battiston, Teco Celio, Rok Presnikar, Marjuta Slamič, Roberto Citran, Riccardo Maranzana, Jan Cvitokovic, Ariella Reggio

Inédit

Paolo, quarante ans, inconséquent et voué au plaisir du bon vin, vit dans un petit village près de Gorizia. Il passe ses journées à l'auberge du coin et s'obstine à suivre partout son ex-femme. Un jour, un visiteur inattendu fait irruption : il s'agit de son neveu Zoran, un étrange garçon de seize ans qui a grandi dans les montagnes slovènes. Paolo, qui doit s'occuper de lui, lui découvre vite un talent étonnant : le jeune homme est un surdoué des fléchettes. Ce don est pour Paolo l'occasion de prendre sa revanche contre le monde, mais ce serait trop facile...

Une comédie à fort degré d’alcool, plantée dans un brouillard qui fait se confondre le Frioul et la Slovénie, la Slovénie et le Frioul. Un irrésistible duo qui met face à face l’égoïsme brutal d’un oncle joué par Giuseppe Battiston et la désarmante douceur d’un neveu étrange incarné par le jeune premier Rok Prasnikar. L’histoire d’une collision entre un quarantenaire à la dérive entre alcoolisme et misanthropie consommée et un adolescent à lunettes timide à mourir. C’est finalement une affaire de fléchettes qui va bouleverser la destinée de la rencontre entre l’oncle Paolo Bressan et le neveu orphelin Zoran Spazapan….Une grâce ironique et raffinée, un film qui ne ressemble à nul autre, autant de mélancolie que d’humour le tout ayant fait emporter à Matteo Oleotto la mention du meilleur film du prix du public au festival de Venise. (Lucciola vagabonda)

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 25 Novembre 2015

Banana 

Film italien d’Andrea Jublin - 1h22 – avec Marco Todisco, Beatrice Modica, Camilla Filippi, Gianfelice Imparato
Inédit

Banana est un gamin convaincu que dans la vie il faut à tout prix rechercher le bonheur au moins dans un domaine. C'est pourquoi il s'emploie à conquérir l'amour de l'une de ses camarades de classe qu'il souhaite garder avec lui l'année suivante. La seule façon d'y parvenir, c'est de l'aider à la sauver du redoublement. Par ailleurs, un principe du football brésilien, dont Banana est un fervent adepte, dit qu'il faut attaquer avec détermination mais également avec le cœur sur la main.

Prix Art Cinema Award de la Confédération Internationale des Cinémas d’Art et d’Essai au 33ème festival Cinéma Italien d’Annecy (23-29 septembre 2015)
Justification du jury:
Une histoire simple racontée avec finesse qui transmet des valeurs positives et une énergie vitale qui par le biais du regard d’un jeune rend meilleur l’univers des adultes. Avec ce prix CICAE, nous souhaitons que l’enthousiasme du jeune protagoniste atteigne le cœur de tous les spectateurs.

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 25 Novembre 2015

Vierge sous serment 

Film italien, albanais de Laura Bispuri - 1h27 – avec Alba Rohrwacher, Flonja Kodheli, Lars Eidinger

Hana a grandi dans un petit village reculé d’Albanie où le sort des femmes n’est guère enviable. Pour ne pas vivre sous tutelle masculine, elle choisit de se plier à une tradition ancestrale : elle fait le serment de rester vierge à jamais et de vivre comme un homme. Vierge sous serment suit la trajectoire d'une femme vers sa liberté, par-delà les écrasantes montagnes albanaises et jusqu'en Italie.

Vergine giuirata est l'histoire d'une femme, d'une rebelle prête à braver les hommes, à prendre instinctivement l'initiative de son rapport aux autres. Et là encore, il faut s'émerveiller sur le jeu tout en nuances et en non-dits d'Alba Rohrwacher. (Positif)

Une exploration sobre et tout en délicatesse de l'identité sexuelle. (StudioCinéLive)

Alba Rohrwacher formidable. (Télérama)

Rien ne vaut le visage de l'actrice Alba Rohrwacher, grave et solaire, qui se transforme au fil du récit. Beau film, grande comédienne. (L'Obs)

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 18 Novembre 2015

Asphalte

Film français de Samuel Benchetrit - 1h40 – avec Isabelle Huppert, Gustave Kervern, Valeria Bruni Tedeschi

Teintée d'humour, cette chronique met face à face six personnages en quête d'amour. (StudioCinéLive)

Asphalte est une explosion poétique, drôle et émouvante, dans laquelle tous les comédiens sans exception sont impeccables. (Culturebox)

Drôle, toujours décalé, parfois pris d'une certaine langueur, les acteurs, Kervern et Huppert en tête, sont à leur avantage. (L'Obs)

Le 5è film de Samuel Benchetrit est sans doute son meilleur, révélant une inflexion dans la veine comique un peu nostalgique du réalisateur, synthèse étonnante entre farce policière à la française et comédie italienne. (Le Monde)

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 18 Novembre 2015

Changement de propriétaire

Film français d’Aurélien Lévêque et Luba Vink – 1h06 -

Réalisé sur 2 ans de tournage, ce film porte un regard personnel sur l'association Terre de liens. En immersion au cœur du mouvement, il en suit les problématiques et la mise en œuvre concrète des idées. Une rare rencontre entre le monde de l'entreprise et de l'associatif, entre le monde militant et le monde économique. Le film montre qu'à travers la question foncière, ce sont les rapports à l'argent et à la propriété qui sont posés.

Dans le cadre de la Semaine de la Solidarité Internationale, en présence d'un des réalisateurs

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 18 Novembre 2015

Les Chansons que mes frères m'ont apprises


Film américain de Chloé Zhao - 1h34 – avec John Reddy, Jashaun St. John, Taysha Fuller

Une chronique familiale brutale et tendre qui se débarrasse des clichés pour mieux cerner cette communauté invisible. (Critikat)

Un superbe film social et paysager à la fois, où les Indiens américanisés préservent une part irréductible. (L’Humanité)

Une grande spontanéité dans ce film à la beauté pudique. (Les Cahiers du Cinéma)

Un beau récit initiatique en forme de rêve éveillé. (Positif)

Il faut se laisser prendre par ce film qui dégage un charme fou. (StudioCinéLive)

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 11 Novembre 2015

The Lobster

Film grec, britannique, néerlandais, irlandais, français de Yorgos Lanthimos - 1h58 – avec Colin Farrell, Rachel Weisz, Jessica Barden

Prix du jury (Cannes 2015) au Grec Yorgos Lanthimos pour son 4è film qui témoigne d'un univers certain, aussi poétique qu'angoissant. (Positif)

D'abord satirique, le film opère une mue et quitte les pesanteurs de la comédie grinçante pour s'élever vers une allégorie plus ample, d'une douloureuse beauté. (Première)

The Lobster est un film d'horreur sur le sentiment amoureux aussi hilarant qu'angoissant. C'est étrange, absurde évidemment mais sacrément séduisant et efficace. (Cinémateaser)

Film incontournable qui vaut la peine d'être vu ne serait-ce que pour Colin Farrell méconnaissable, et tous ces clones incapables de sourire autrement que sur commande. Belle métaphore d'un monde fait de diktats. (àVoiràLire)

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 11 Novembre 2015

La Vanité

Film suisse, français de Lionel Baier - 1h15 – avec Patrick Lapp, Carmen Maura, Ivan Georgiev

Le film de Lioinel Baier est d'une poilante mélancolie. Avec trois acteurs hors pair, il impose, même sur un sujet grave, le droit de sourire dans la dignité. (L'Obs)

Une comédie bien plus tendre que macabre du talentueux Lionel Baier. (Télérama)

Le réalisateur des Grandes ondes traite ce sujet tragique et complexe avec un mélange audacieux de comédie absurde et de spleen qu'il réussit à tenir de bout en bout. Et il confirme toute la singularité de son cinéma. (L’Express)

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 4 Novembre 2015

Journey in sensuality

Film suisse de Ruedi Gerber – 1 h 02 -

Le dernier film de Ruedi Gerber sur le travail de la danseuse chorégraphe américaine Anna Halprin dans la nature, s'inspirant des sculptures de Rodin

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0