Publié le 30 Mars 2016

L'Oeil du cyclone

Film burkinabé de Sékou Traore - 1h40 - avec Fargass Assandé, Maïmouna N'Diaye (2015)
FESPACO 2015 : Etalon de Bronze

Emma est une jeune avocate. Étant enfant, elle a dû être évacuée avec toute sa famille, lors de l'occupation des zones minières par un mouvement rebelle qui, vingt ans plus tard, continue de résister aux forces gouvernementales. Un jour, le bâtonnier demande à Emma d'assurer la défense de Blackshouam, un rebelle féroce enfermé dans un mutisme. Blackshouam finit pourtant par se confier à la jeune femme.

Un huis-clos superbe et fort où le combat d’une avocate bute contre la tyrannie d'un détenu. L'adaptation d'une pièce de théâtre portée par deux interprètes magistraux.

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 30 Mars 2016

Run

Film ivoirien de Philippe Lacote - 1h40 - avec Abdoul Karim Konaté, Isaach de Bankolé, Abdoul Bah (2015)
CANNES 2014 : Sélection Un Certain Regard

Run s’enfuit… Il vient de tuer le Premier ministre de son pays. Sa vie lui revient par flashes ; son enfance avec maître Tourou quand il rêvait de devenir faiseur de pluie, ses aventures avec Gladys la mangeuse et son passé de milicien. Toutes ses vies, Run ne les a pas choisies. À chaque fois, il s’est laissé happer par elles, en fuyant une vie précédente. C’est pour ça qu’il s’appelle Run.

Un conte philosophique et poétique. Une charge contre les dictateurs d'Afrique baignée dans une mise en scène inspirée et inven
tive.

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 30 Mars 2016

Lamb

Film éthiopien deYared Zeleke - 1h34 - avec Rediat Amare, Kidist Siyum (2015)
CANNES 2015 : Un Certain Regard : 9 nominations

L'histoire d'Ephraim, un garçon de neuf ans, et de son inséparable brebis Chuni, dans les terres volcaniques d'Éthiopie. Son père l‘envoie, accompagné de sa brebis, chez des parents éloignés. Ephraim, proscrit, avec le mal du pays, n'a que des ennuis. Son oncle lui ordonne d'abattre sa brebis pour la fête à venir. Il élabore alors un stratagème pour sauver Chuni et retourner chez lui.

Magnifique épopée dans l’Ethiopie traditionnelle. Un récit touchant sur les traditions de l'Éthiopie dans des paysages époustouflants. Pour toute la famille

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 29 Mars 2016

Soyez  sympas, rembobinez !

Film britannique, américain de Michel Gondry - 1h 34 - avec Jack Black, Yasiin Bey, Danny Glover (2008)

Intelligent et rond, drôle et bouleversant, poétique et politique, « be kind rewind » est une totale réussite. (Les Inrocks)

Une œuvre d'une grande générosité, qui ne se contente pas d'offrir béatement au public ce qu'il veut. (Brazil)

Comédie complètement déjantée. Un burlesque follement original, alliant outrance et finesse, maitrise et improvisation, avec une maestria à couper le souffle. (Le Monde)

C'est drôle, charmant, intelligent. Et, comme toujours, enveloppé d'une infinie tendresse. (Elle)

Film présenté par Dominique Caron, vendredi 1er avril à 20h

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 29 Mars 2016

The Assassin 

Film taïwanais de Hou Hsiao-Hsien - 1h 45 - avec Shu Qi, Chang Chen, Yun Zhou

Prix de la mise en scène à Cannes

Après huit années de silence, ce long métrage suffocant de beauté nous parvient enfin, avec quelques-unes des plus éblouissantes images de l'histoire du cinéma. Pas seulement les images, d'ailleurs : la partition hypnotique de Lim Giong a remporté le prix Cannes Soundtracks de la meilleure musique de la compétition. Inoubliable.

Dans ce film, il y a certes des scènes d'action, de sabre, de cascade, mais brèves comme des éclairs, fulgurantes, assurément. Il y a aussi des trous béants dans l'histoire : quel spectateur occidental devinera l'identité de l'adversaire masquée de la mythique Yinniang ? Peu importe, le film se vit comme un rêve. (Positif)

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 22 Mars 2016

Le Bouton de nacre

Film chilien, français, espagnol de Patricio Guzmán - 1h 22 -

Après avoir exploré les hauts plateaux désertiques du nord du Chili dans Nostalgie de la lumière, P.Guzman se tourne désormais vers le sud de son pays, véritable « archipel de pluie ». Si la pensée ressemble à l'eau, celle de Guzman a la force du ressac et du bouillonnement. Une fascinante œuvre circulaire. (Positif)

Patricio Guzman filme avec brio l'histoire de son pays, dans toute sa violence et sa poésie. (Le Monde)

Une démarche qui produit, au bout du trajet, un vertige singulier. (Les Cahiers du Cinéma)

Impressionnant. (Critikat)

Ce documentaire triture agréablement les méninges et ravit les mirettes. (L'Express)

Un film d'une beauté et d'une liberté souveraines. (Les Inrocks)

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 22 Mars 2016

Les Délices de Tokyo

Film japonais, français, allemand de Naomi Kawase - 1h 53 - avec Kirin Kiki, Masatoshi Nagase, Kyara Uchida

Un joli mélo dans lequel une vieille dame sauve du désespoir un jeune pâtissier. (StudioCinéLive)

La réalisatrice japonaise nous offre un grand moment de poésie et de cinéma. Bouleversant, tout simplement. (Culturebox)

Kawase signe un joli conte philosophique, à la fois urbain et atemporel, moral et épicurien, mené avec l'aisance et la confiance d'un grand chef. (Le JDD)

Ce film nous parle de pâtisserie mais aussi d'une société impitoyable qui écarte les gens différents et broie mécaniquement tous ceux qui pourraient lui apporter sa grande richesse. (Positif)

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 16 Mars 2016

Nostalgie de la lumière

Film chilien, français, espagnol, allemand, américain de Patricio Guzmán - 1h 30 – (2010)

Mêlant le ciel et la terre, métaphysique et politique, histoire et géographie, intime et collectif, Guzman invente le documentaire méditatif, dont la beauté surgit d'un agencement d'idées, d'images et de sons absolument inclassable. (les Inrocks)

A sa manière, à la fois intellectuelle, poétique et politique, Patricio Guzman rend un magnifique hommage aux femmes, mères, épouses, sœurs de disparus dont la quête dérisoire et essentielle le bouleverse. (Télérama)

Le calme du film et la beauté de ses images fonctionnent comme un antidote au déferlement d'émotion. (Libération)

Une dimension philosophique riche, profonde et stimulante. (Critikat)

Un coup de tonnerre émotionnel. (Le JDD)

mardi 22 à 20h, film présenté par Dario Marchiori, professeur de cinéma à Lyon 2

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 16 Mars 2016

A peine j'ouvre les yeux

Film tunisien, français, belge, émirati de Leyla Bouzid - 1h 42 - avec Baya Medhaffar, Ghalia Benali, Montassar Ayari

Ce qui plait dans le premier long métrage de Leyla Bouzid, c'est la capacité de la réalisatrice à capter l'énergie de la Tunisie moderne. Musique, bande de copains, virées nocturnes, alcool : le monde s'offre à Farah qui, tout en passant son bac, chante dans un groupe de rock.

Son film devient un acte de résistance puisqu'il montre à tous le visage d'une femme libre. A peine j'ouvre les yeux est un acte d'amour. (Positif)

Ce vibrant premier film multiplie les séquences musicales rageuses puis prend un recul inattendu pour offrir la peinture d'une Tunisie qui se remet lentement à respirer. (Première)

A travers la portrait de cette insoumise, ce teen movie d'émancipation exprime la soif de liberté de toute une génération. (Télérama)

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 16 Mars 2016

Le Challat de Tunis

Film tunisien, français, canadien, émirati de Kaouther Ben Hania - 1h 30 - avec Kaouther Ben Hania, Jallel Dridi, Moufida Dridi

Ce faux documentaire réalisé par une cinéaste habitant Tunis prend comme prétexte une anecdote authentique : la condamnation en 2003 d'un hurluberlu qui, casqué et armé d'un couteau, sillonnait la ville en scooter et tailladait les fesses des femmes portant des jeans trop moulants. D'emblée, Kaouther Ben Hania brouille les pistes et jongle en permanence entre fiction et réalité.

Qu'importe, on cesse vite de se poser la question du vrai et du faux.

Un film inclassable, salubre mais sacrément inquiétant ! (Positif)

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0