Publié le 22 Février 2017

Film britannique, canadien, américain de Robert Budreau - 1h 37 - avec Ethan Hawke, Carmen Ejogo, Callum Keith Rennie

Un film attachant et audacieux dans un cadre modeste qui restitue assez bien ce que l'on connait de la vie de Chet Baker. (Positif)

Avec un Ethan Hawke étonnamment habité par son personnage et une bande son extraordinaire. Celle d'une légende. (StudioCinéLive)

Mieux qu'un film sur Chet Baker, c'est un film qui lui ressemble. (Transfuge)

De quoi faire fantasmer les amateurs de jazz et fasciner les autres. (Télérama)

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 22 Février 2017

Film américain de Pablo Larraín - 1h 40 - avec Natalie Portman, Peter Sarsgaard, Greta Gerwig

A l'instar de No et surtout de Neruda, un pur film larrainien, une entreprise de déconstruction, une impressionnante maitrise formelle. (Première)

Natalie Portman renversante dans un anti-biopic fascinant, par le réalisateur chilien de Neruda. Superbe musique de Mica Levi (Under the Skin) qui crée un halo de psychose autour de cette femme. Le film ne lui vole jamais la part de mystère qui la constitue pleinement. L'élégance majuscule. (StudioCinéLive)

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 15 Février 2017

Film français de Sébastien Laudenbach - 1h 13- avec les voix d’Anaïs Demoustier, Jérémie Elkaïm, Philippe Laudenbach

Véritable choc esthétique visuel et sonore, ce film émerveille par sa sensualité païenne. (Libération)

Adapté d'un conte des frères Grimm, ce récit initiatique dénonce l'ambition et la cupidité. (Le JDD)

Il y a un côté artisan, gracieux, dans ce choix minimaliste. Ce n'est pas toujours convaincant mais c'est assurément poétique. (L'Obs)

Avec un sens très japonais du vide et du plein, se joue ici tout un art de l'ellipse, du minimalisme et de l'écriture du manque. (Les Inrocks)

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Repost 0

Publié le 15 Février 2017

Film japonais, français de Kôji Fukada - 1h 58 - avec Tadanobu Asano, Mariko Tsutsui, Kanji Furutachi

Prix du Jury Un Certain Regard, Cannes 2016

Vengeance, culpabilité et solitude, pour un thriller fascinant. (Ouest France)

A travers ce drame familial, Kôji Fukada sonde les affres des relations humaines avec une délicatesse bouleversante. (Les Fiches du Cinéma)

Un thriller psychologique au-delà du bien et du mal. (L'Humanité)

Constamment palpitant, au bord du fantastique. (Télérama)

La structure du récit est complexe mais subtile. (Culturopoing)

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 15 Février 2017

Film égyptien de Yousry Nasrallah - 1h 55 - avec Laila Eloui, Mena Shalaby, Bassem Samra

Un hymne courageux et généreux au plaisir, à la liberté et au droit à la dignité. (Positif)

Un film d'un réalisme sensuel qui décolle vers un pittoresque fabuleux, dans un style bollywoodien outrancier et réjouissant. (Le Figaro)

Synthèse parfaite entre l'influence de Bollywood qui affleure dans le décorum, dans de la musique, et celle de la Règle du Jeu de Renoir. (Les Inrocks)

Faire aujourd'hui en Egypte un film épicurien, célébrant la nourriture et l'amour, c'est faire preuve d'une belle liberté d'expression. (Les Fiches du Cinéma)

Un kitsch assumé, un objet déconcertant qui séduit par son aspect foisonnant. (Transfuge)

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 8 Février 2017

Film argentin de Mariano Cohn, Gastón Duprat - 1h 57 - avec Oscar Martinez, Dady Brieva, Andrea Frigerio – Sortie nationale

Les réalisateurs argentins de L'Homme d'à côté nous ont concocté une nouvelle comédie, au cynisme réjouissant. Un régal de drôlerie et de finesse d'écriture.   (Abus de Ciné)

Inclassable ! Une allusion ironique au fait que le vénérable jury du Nobel a toujours ignoré cet immense auteur qu'était José Luis Borgès. C'est avec un plaisir sans partage qu'on se laisse embarquer dans cet univers déboussolant.   (La Gazette d'Utopia)

Une féroce satire sociale. Un réjouissant jeu de massacre qui ressemble par moments aux meilleurs films de Carlos Saura.   (Angle(s) de vue-Venise 2016-)

On l’a tous apprécié pour la peinture de la société, pour le personnage de l’écrivain, pour les situations, pour la montée des périls… A voir sans hésiter. (Huit et Demi)

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 8 Février 2017

Film mexicain de Rodrigo Plá - 1h 15 - avec Jana Raluy, Sebastian Aguirre Boëda, Hugo Albores

Evoquant moins le film fantastique de dragons qu'un trombinoscope professionnel, le titre annonce la critique méthodique d'une multinationale. Cette course folle jusqu'au sommet de la pyramide se déroule dans un suspense haletant, ramassé dans l'unité de temps d'une journée de travail.  (Positif)

Repéré pour La Zona, propriété privée, Rodrigo Pla mélange adroitement le thriller et le commentaire social, gagnant sur les deux tableaux.   (Les Inrocks)

Un parti pris esthétique très fort, un sujet universel, une rage qui fait mouche, une touche d'humour noir... toute l'affaire est enlevée en une heure et quatorze minutes, mais bien frappées, qui en donnent pour son argent.   (Le Monde)

Une expérience cinématographique et sociale hors du commun.    (Médiapart)

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 8 Février 2017

Film cubain de Tomas Gutierrez Alea – 1h 37 - avec Sergio Corrieri, Omar Valdés, Rene de la Cruz (1968)

D'une réelle originalité de style, Mémoires du sous-développement est le chef d'œuvre du cinéma cubain et le film le plus célèbre de Tomas Guttierez Alea. (àVoiràLire)

Présenté à Cannes en mai dernier, restauré par le World Film Project de Martin Scorsese et George Lucas, le film apparait aujourd'hui dans sa beauté originelle. (Le Monde)

Derrière un titre trompeur, qui pourrait être celui d'un documentaire à vocation sociologique, se cache un des longs métrages de fiction les plus célèbres du cinéma latino-américain. L'errance existentielle et amoureuse de Sergio, un intellectuel hédoniste et velléitaire, dans les rues de La Havane, est le prétexte à une réflexion sur le devenir d'une société qui s'est fixée un programme ambitieux, la révolution rien de moins. Un chef d'œuvre au décor solaire et indolent. (Critikat)

Comédie de lucidité et de l'enthousiasme, tragédie de la fatigue et de l'action, ce splendide film cubain des années 60 nous abandonne à une liberté indécidable. (Les Inrocks)

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 8 Février 2017

Film chilien, argentin, français, espagnol de Pablo Larraín - 1h 48 - avec Luis Gnecco, Gael García Bernal, Mercedes Morán

Hors des sentiers du biopic classique, le futur Nobel Pablo Neruda devient le héros d'une formidable course-poursuite dans le Chili de la dictature. (Le Point)

Un poème visuel qui prend sa source dans la puissance artistique et politique de Pablo Neruda. (L'Humanité)

Quand le plus grand cinéaste chilien de tous les temps rencontre le plus grand poète chilien de tous les temps, qu'est-ce que cela donne ? Un film étrange et magnifique. [Portrait de l'auteur du Canto General, chef-d’œuvre de la poésie universelle] (Le Monde)

L'auteur de No signe un anti-biopic engagé, épique et visuellement éblouissant. (Télérama)

Une œuvre à la fois charmeuse et enthousiasmante. (Culturopoing)

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 1 Février 2017

Film français, italien de Georges Franju - 1h 28 - avec Pierre Brasseur, Alida Valli, Edith Scob (1960)

Franju, formidable alchimiste du réel et du fantastique, a façonné au scalpel un pur film d'épouvante d'une poésie folle. Pas de monstres sanguinolents ici, mais une réalité ordinaire transfigurée, magnifiée avec la précieuse collaboration du chef opérateur Eugen Schufftan. Cauchemar sans cri, presque muet mais très sonore, Les Yeux sans visage opère à vif. (Télérama)

Film présenté par Benjamin Cocquenet

Rappel : les adhérents de Huit et Demi ont droit à un film de la sélection Lycéens et apprentis au Cinéma gratuit (Les Yeux sans visage, ou Blow Out le 21 mars ou La Nuit du chasseur le 7 avril) sur présentation de leur carte d’adhérent (et non de fidélité)

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0