Publié le 26 Avril 2017

Film français d’Arnaud des Pallières - 1h 51 - avec Adèle Haenel, Adèle Exarchopoulos, Solène Rigot

Porté par un trio d'actrices exceptionnel, film choral au personnage unique ou film intimiste aux actrices multipes, Orpheline est un geste de cinéma déroutant, un truc comme il ne s'en fabrique plus beaucoup. Un antiportrait de femme, la radioscopie d'une héroïne en dispersion, implosée, émiettée, complexe. Un film confus, un voyage au cœur des ténèbres. Un peu comme dans les films d'Alain Resnais, tout cela demande évidemment un effort au spectateur. Si on en accepte les règles du jeu, c'est parfois bouleversant.    (Première)

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 26 Avril 2017

Film français d’Alexandre Mourot - 1h 29-

Un long métrage documentaire pour découvrir les valeurs, la pratique et les enjeux de la pédagogie Montessori à travers le quotidien d’une classe maternelle.

Avant première en présence du réalisateur

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 19 Avril 2017

Film américain de Theodore Melfi – 2 h 06 - avec Taraji P. Henson, Octavia Spencer, Janelle Monáe

Qui connaissait le rôle déterminant de trois scientifiques afro-américaines dans la mise sur orbite en 1962 de John Glen, étape essentielle dans la lutte pour la conquête spatiale qui opposait les Etats-Unis à l'URSS ? A l'inverse de tant de films basés sur des histoires vraies, empêchés par leur sujet, celui-ci, qui répare une injustice, s'impose comme un feel-good movie libre de toute contrainte.   (StudioCinéLive)

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 19 Avril 2017

Film américain de Mike Mills - 1h 59 - avec Annette Bening, Greta Gerwig, Elle Fanning

Californie 1979 : à Santa Barbara, une mère au milieu de la cinquantaine, déjà divorcée, sans homme dans sa vie [sinon] son fils de 14 ans, son locataire : un homme à tout faire pas vraiment remis de ses années hippies. Il y a aussi une artiste trentenaire ayant échoué à New York et une petite voisine délurée qui s'incruste. Mais c'est d'abord un magnifique portrait de femme. Dépressive et énergique, permissive et autoritaire, coquette et négligée, sociable et solitaire. Avec cette somme de nuances, Annette Bening tient son plus beau rôle. Le film séduit aussi par sa dramaturgie discrètement imprévisible.  (Télérama

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 19 Avril 2017

Film français de Georgi Lazarevski - 1h 40 -

 

Georgi Lazarevski, photographe d'origine yougoslave, a un regard magnifique, émouvant, sur cette contrée battue par les vents et les vagues du pôle Sud. Puissance poétique, beauté des confins. (L'Obs)

Un documentaire vivant et touffu, qui passe progressivement de la majesté sereine et froide des paysages à l'effervescence urbaine. (L'Humanité)

Trois beaux portraits [du fin fond de la Patagonie chilienne] : un chercheur d'or sans le sou, un routier activiste et un vigile fan de Pulp Fiction. Un documentaire sensible et inspiré. (Télérama)

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 12 Avril 2017

Soirée opéra tarif spécial

Le Barbier de Séville fut l’un des premiers triomphes européens de l’opéra. Avec son incroyable verve et sa gaieté juvénile, c’est lui qui fit la fulgurante renommée internationale de Rossini. Manuel Garcia, le créateur de Figaro, le fit représenter au Théâtre-Italien à Paris en 1819. Ce fut la même gloire à Vienne en 1822, où « Le Barbier » fit tomber l’Euryanthe de Weber et le Fierrabras de Schubert, et à New York en 1826, où Garcia s’était embarqué avec sa fille, Maria Malibran.

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 12 Avril 2017

Film américain de Robert Mulligan - 2h 09 - avec Gregory Peck, Mary Badham, Phillip Alford (1962)

 

Véritable monument de la culture américaine. (Charlie Hebdo)

Une œuvre solidement charpentée, sympathique, dont le plaidoyer anti-raciste est présenté avec une certaine originalité. (Positif)

Un film très dense. On n'est pas loin de Faulkner. Dans les toutes dernières minutes du film, apparition d'un débutant aux cheveux blonds et au regard d'enfant : Robert Duvall. (Télérama)

Film analysé par Fabien Marsella

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Repost 0

Publié le 12 Avril 2017

Film argentin de Mariano Cohn, Gastón Duprat - 1h 57 - avec Oscar Martinez, Dady Brieva, Andrea Frigerio – Sortie nationale

 

Tous les Argentins connaissent peut-être Jorge Luis Borges comment ils connaissent Diego Maradona.

Il y a quelque chose de Nino Manfredi dans la composition de ce personnage de créateur rattrapé par sa matière, de démiurge se heurtant à la rébellion de ses sources d'inspiration, d'homme perdu dans un environnement qu'il croyait si bien connaitre et qui comprendra enfin qu'une création appartient autant à ses destinataires qu'à ses créateurs ; la réalité finit par rattraper, toujours, ceux qui pensaient s'en affranchir.   (Positif)

 

Séances vendredi à 20 h 30 et lundi à 17 h

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0

Publié le 12 Avril 2017

Film américain de James Gray – 2 h 21 - avec Charlie Hunnam, Sienna Miller, Tom Holland

Une épopée amazonienne (distribuée par le géant de la vente en ligne !) aux airs de film maudit, signée par le plus européen - le plus pétri d'histoire, de philosophie, de culture de l'ancien monde - des cinéastes américains. Avec son chef opérateur, Darius Khondji, James Gray est parti de la peinture : Corot, Turner, Le Lorrain, ou encore le Douanier Rousseau pour la jungle telle que la fantasmait Fawcett, cet explorateur décidé à prouver l'existence d'une civilisation précolombienne et à saper ainsi les théories racistes sur lesquelles prospérait au début du vingtième siècle, la bonne conscience de l'Empire britannique. (Le Monde)

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Repost 0

Publié le 12 Avril 2017

Film français, belge de Martin Provost - 1h 57 - avec Catherine Frot, Catherine Deneuve, Olivier Gourmet

Dès le générique, le trait d'union tombe. La fonction se confond avec le tempérament. Martin Provost, cinéaste certifié 100% personnages féminins (Le ventre de Juliette, Séraphine, Violette) signe un feel-good movie d'une sincérité que l'on a coutume de qualifier de désarmante. Chez lui, l'empathie prime sur tout… Un petit coin de verdure au bord de l'eau devient même un port d'attache, un éden où s'échouent tous les conflits.   (StudioCinéLive)

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Huit et Demi

Publié dans #Films projetés

Repost 0